Les Nouvelles du Tourisme
World Travel Awards: Pour la première fois en Grèce

Les World Travel Awards (WTA), connus comme les «Oscars de l'industrie du Voyage», se tiendra pour la première fois en Grèce et plus particulièrement dans le Divani Apollon Palace & Thalasso, à Athènes, en présence des principaux représentants de grandes marques de l'industrie mondiale du tourisme, le luxe produits et services.

  26/11/2014
Lufthansa continue à enrichir son programme pour la Grèce avec le développement continuel et d'évolution.
Le transporteur allemand lance un nouveau vol à destination de la Crète, l'une des destinations touristiques les plus populaires pour les voyageurs européens.
De 23 mai 2015 et tous les samedis, Lufthansa volera de Munich à Héraklion par type d'avion Airbus A320.
Le programme de la Lufthansa prévoit de soutenir les touristes à Athènes, une destination de plus en plus d'une augmentation....

18/11/2014
Sparte:
l'investissement touristique de 42 millions d'euros. Création d'hébergement touristique au complexe "Chrysovitsa -Platana", la municipalité de Sparte en Laconie, signé par le ministre Giannis Maniatis. 

 

Challenges 

Economie Tourisme : jamais les Français n'ont été aussi nombreux à visiter la Grèce

Tourisme : jamais les Français n'ont été aussi nombreux à visiter la Grèce
Sabine Syfuss-Arnaud
Par Sabine Syfuss-Arnaud

Voir tous ses articles
Publié le 26-03-2014 à 15h42
A+A-
INTERVIEW La ministre grecque du Tourisme explique les raisons de cet engouement qui ne se limite pas à la clientèle française.
Olga Kefalogianni, ministre grecque du Tourisme. (SIPA) Olga Kefalogianni, ministre grecque du Tourisme. (SIPA)
Partager
Partager sur Facebook86Partager sur Twitter35Partager sur Google+0Partager sur Linkedin20
Envoyer cet article à un amiRéagir0
Recevoir les alertes
À lire aussi

Paris et sa région toujours 1ère destination touristique mondiale
4 bons plans pour des vacances en famille à 1.000 euros la semaine
Ce que font les Français pour ne pas sacrifier leurs vacances

A l’occasion de la fête nationale de son pays, mardi 25 mars, la ministre grecque du tourisme, Olga Kefalogianni, s'est rendue à Paris pour une visite de deux jours dans le cadre de sa campagne de promotion du tourisme. Une manne pour l’économie, puisque le secteur génère 1/6è du PIB et emploie 650.000 personnes.

Au début du mois vous étiez en Chine, puis à la grande foire au tourisme de Berlin, aujourd’hui vous êtes à Paris, la semaine prochaine aux Etats-Unis. Vous n’arrêtez pas !

Oui. Et la semaine d’après, je serai en Australie, où vit une forte communauté grecque. Nous venons de lancer une nouvelle campagne promotionnelle et je parcours tous nos marchés, les traditionnels, comme la France, et les nouveaux, comme la Russie. L’an dernier, le nombre de visiteurs russes en Grèce a augmenté de 45%.

2013 a été un très bon millésime pour le tourisme grec. Et 2014 ?

L’an dernier, jamais nous n’avions accueilli autant de visiteurs étrangers de toute l’histoire de la Grèce, presque 18 millions. Et pour cette année, nous nous attendons à une nouvelle hausse, avec une croissance à deux chiffres. Les premières réservations, les retours des tours operators et les témoignages des professionnels à la foire de Berlin, l'une des plus importantes au monde, nous incitent à beaucoup d’optimisme. Ce qu’il faut souligner aussi, c’est qu’en 2013 jamais les touristes français n’ont été aussi nombreux dans le pays : 1.150.000 !

A quoi imputez-vous ce succès ? Aux difficultés que connaît le tourisme en Egypte et dans les pays du Maghreb ?

Il n’y a pas que des raisons externes ! 2010, 2011 et 2012 ont été difficiles pour nous. La crise rendait les touristes inquiets. Depuis, la situation politique et économique s’est stabilisée et il y a incontestablement un comeback de la destination Grèce. A la foire de Berlin, début mars, un grand tour operator allemand a parlé de la "renaissance de la Grèce", une expression qui me plaît bien.

Quels sont les touristes les plus nombreux en Grèce, et quel est le profil des touristes français ?

En nombre, les premiers sont les Allemands, puis viennent les Britanniques. Puis en troisième position, selon les années, les Français ou les Scandinaves. Les Russes, eux, sont en 5è position. Les touristes français ne sont en général pas adeptes du tourisme de masse, ils ne choisissent pas les destinations les plus courues, comme Santorin ou Mykonos. On les retrouve davantage dans les Cyclades, ou sur de petites îles comme Tinos, Amorgos ou Syros. Beaucoup sont sur des bateaux.

Votre campagne de promotion tourne autour de "la Grèce secrète". Sur quelles niches misez-vous et avec quel budget ?

Nous voulons enrichir l’offre touristique. Nous nous efforçons de montrer qu’il n’y a pas que la Grèce du soleil. Vous avez le tourisme culturel, gastronomique, religieux, médical, agricole, thermal… Le choix est immense. Pour la campagne, nous avons investi, côté Etat, 10 millions d’euros pour le monde entier. Un montant que les régions grecques abondent, mais qui n’est pas énorme. Par le passé, on avait investi jusqu’à 100 millions d’euros par an. Mais, nous sommes en période de coupes budgétaires, nous n’avons pas le choix. C’est pour cela que, dans cette campagne, nous mettons aussi beaucoup d’énergie et de créativité.




 

 

Design by